gallery/hotel1_f
gallery/hotel1_t

Nouveaux P'tits Romans

gallery/cv portrait nb

Une interview, au café 

Nathalie Bessonnet est née à Paris, en 1960.  
Peintre, sculpteur sur pierre, attachée de presse, rédactrice freelance , Ghost writer. L'auteur, aux multiples vies,  de "Nouvelles en forme de poire" de "Lettres de d'amour en Cartésie"  fait tout d'abord son entrée dans le monde du livre en 2012, avec le roman " Merci Maman"

 

- vous préférez que l'on dise auteur ou auteure?

- j'aime assez auteure, écrivaine c'est pas terrible... mais  "autrice" me fait vraiment mal aux oreilles! 

-que pensez-vous du débat qui s'intensifie en ce moment sur le thème de la féminisation du vocabulaire ?-

-Veut-on dire autrice? pourquoi pas, que dit-on pour peintre? pour ingénieur? néanmoins Je trouve bien d'y réfléchir. même si je ne suis pas sûre que le fait de féminiser les noms sera ce qui placera les femmes à égalité avec les hommes.-,Quant à l'écriture inclusive... s'il est vrai que la langue évolue, on ne peut bien sûr réécrire ce qui fut. la règle: le masculin l'emporte sur le féminin doit -elle être changée? peut-être, personnellement cela me compliquerait un peu la vie, voyez, le 'point e" . mais pourquoi pas?. si cela incite à la lecture...

Je trouve qu'il a été et est encore primordial de se défaire de ces attavismes ancestraux, dont certains  consistent à faire jouer aux femmes un rôle subalterne auprès du mâle tout puissant.

Il s'agit aussi, enfin j'aime à le croire, que résonnent ces batailles aux seins des communeautés de femmes qui mettent parfois leurs vies en danger, en se battant dans leur pays pour leurs indépendances, leurs réprésentations dans la société et se lancent à l'assaut  des bastions de la masculinité.

-que voulez-vous dire?

-eh bien c'est un échos qui peut être perçu au delà de nos frontières et un encouragement! non?  Un message qui dit "vous n'êtes pas seules" 

 

-Pensez-vous justement qu'il existe une écriture féminine? 

-j'aimerais dire non.

 

 

Vous abandonnez la sculpture, mais, vous restez dans le spectre de l'art avec celui majeur de l'écriture... Vous illustrez certains de vos textes...

- je n'ai rien abandonné,  j'ai envie de croire que les arts collaborent , la peinture, la musique, l'écriture pour nous parler, nous expliquer le monde et nous-même, nous distraire aussi du quotidien des contigences... nous faire rêver...

- Avez-vous, tout de suite, pensé à publier ?

- Non. pas du tout. Ce n'est qu'au bout de quelques mois que l'idée de publier est venue. 
  - Ecrire, pourquoi faire? 
- Ecrire... J'ai pris tant  de chemins et croisé tant de vies... peut-être pour dire que nous sommes beaucoup plus que ce nous croyons être.

Pour décrire ces moments extraordinaires, poétiques, désopilants, cyniques de la vie ordinaire",  ces moments  où nous frôlons la folie, où elle finit par nous atteindre.

 

-Quel parcours avez-vous suivi pour être éditée?

- Tout bonnement celui de n'importe quel jeune écrivain, (jeune en l'occurrence n'ayant rien à voir avec l'âge) avec toutefois le réalisme de ne pas m'adresser aux grands éditeurs de la place de Paris, exception faite pour les Editions du Seuil, puisque j'avais eu un premier contact très encourageant avec Martine Saada, alors encore directrice de collection- Mais elle n'était plus en poste lorsque j'ai enfin terminé mes corrections au bout d'innombrables relectures... Il y a un moment où il faut cesser de se reprendre. on ne peut repreindre inlassablement sur la même toile... J'ai donc envoyé trois exemplaires à trois éditeurs indépendants.
Ils ont tous répondu. je n'avais plus qu'à choisir. entre les trois contrats d'éditeurs qu'on me proposait.
- C'est une belle histoire!
-Oui, en effet. Une expérience qui certes m'a beaucoup apportée, mais elle s'est mal terminée puisque l'éditeur a dû fermer boutique.

Il avait tout de même vendu 15000 exemplaires de mon recueil ! 
- Cela a dû être très décevant!
- Bizarrement pas tant que cela. Et puis, c'est ainsi que l'idée a fait son chemin; apprendre à maîtriser les étapes de l'écriture à l'édition.

Vivre de sa plume n'est pas facile, je vis chichement mais, j'aime à dire que je marche sur mon temps.

Et..."Ce putain de moment! quand je suis là! A déverser mes phrases! Bon dieu! Je ne lâcherais ça pour rien au monde!"*

c'est un extrait de "Pas beau" je m'y retrouve assez.

- J'ai lu cette nouvelle, tout de même un sale type cet écrivain...

- il l'avoue lui même!   

Je ne suis peut-être pas meilleure... qui sait? 

gallery/moi j attends quelqu un site  nouvelle en forme e poire

Illustration de

"J'attends quelqu'un"

gallery/henry-mother_1604397i
gallery/zadkin

OSSIP ZADKIN

HENRY MOORE

gallery/blasting matinale  illustration nouvelle en forme de poire013

ILLUSTRATION  MATINALE